Arabie Saoudite Info

Le premier site officiel de fact checking sur l'Arabie Saoudite

Vrai

Les femmes peuvent être élues et nommées pour exercer des mandats politiques en Arabie saoudite

Introduction

En Arabie saoudite, les femmes peuvent voter depuis 2015. Cette année a été synonyme d’un vrai changement pour les Saoudiennes qui ont non seulement pu voter pour la première fois mais aussi être candidates aux élections municipales.

Premières élections en Arabie saoudite en 2005

Les élections étant absentes du système politique saoudien jusqu’en 2005, le vote n’était de fait accordé ni aux hommes ni aux femmes. C’est le Roi Fadh qui a décidé, en 2003, d’autoriser la tenue d’un scrutin au niveau municipal. Ce sont donc pour les élections municipales de 2005 que les Saoudiens se sont rendus aux urnes pour la première fois dans l’histoire du Royaume. Les élections municipales sont des élections partielles c’est à dire que les deux tiers des membres sont élus et un tiers est nommé par le ministre des Affaires municipales et rurales. Les conseils municipaux ont un mandat d’une durée de quatre ans même si les élections qui auraient dû se dérouler en 2009 ont été reportées en 2011.

2015 : les femmes obtiennent le droit de voter et de se faire élire

Alors que pour les premières élections les femmes n’étaient pas admises, le roi Abdallah a instauré, en 2011, une loi leur autorisant non seulement le droit de vote mais aussi celui d’éligibilité. Il a fallu attendre les élections municipales de décembre 2015 pour qu’elles puissent exercer ce droit. Cette année-là elles ont été 130 000 à s’inscrire sur les listes électorales et près de 1000 à déposer des candidatures. Au final, 21 femmes ont été élues à travers tout le pays et 17 ont été nommées par le ministre des Affaires municipales et rurales. Ainsi, 38 femmes exercent aujourd’hui un mandat. Un chiffre qui témoigne d’une avancée majeure qui s’opère et qui augure le gain de nouvelles libertés pour les femmes.

Les femmes représentent 20% des membres du Conseil de la Choura

L’Arabie saoudite est une monarchie absolue. Ce qui signifie que le Roi est à la fois chef de l’Etat et chef du Gouvernement. Il n’existe pas, comme en France, de séparation des pouvoirs Législatif, Exécutif et Judiciaire.

Au début des années 1990, le Roi Fahd a décidé de créer une assemblée consultative, le Conseil de la Choura, faisant office d’organe législatif et capable de proposer des projets de lois et de contrôler les politiques mises en œuvre.

À l’origine composée de 60 membres, elle en compte aujourd’hui 150. Ils sont nommés par le Roi pour une durée de quatre ans. En 2013, le roi Abdallah a élargi, par Décret, à 30 sièges la participation des femmes au Conseil de la Choura. Ainsi, 20% des sièges leur sont réservés. Certaines d’entre elles occupent des fonctions prestigieuses comme Hoda Al-Helaissi qui est Vice-présidente de la commission des affaires internationales. L’objectif pour ces élues est désormais de renforcer le rôle de leurs concitoyennes dans l’espace public.

 

Focus

Des femmes diplômées et engagées au Conseil de la Choura

Dr Selwa Al-Hazzaa : Première femme à être membre du conseil, elle est connue pour son travail sur les maladies génétiques des yeux. Elle est à la tête du département d’ophtalmologie du King Faisal specialist hospital.

 

Dr Khawla Al Khuraya : Nommée en même temps que le Dr Selwa Al-Hazzaa, elle est une physicienne renommée notamment pour ses recherches sur la génomique du cancer et sa découverte d’un gène provoquant la formation de cellules cancéreuses. Elle dirige le centre de recherche du centre national King Fahad. Elle a reçu le prix King Abdulaziz de l’Excellence pour son travail.

 

Lina AlMaeena : Nommée en novembre 2016, elle est l’une des plus jeunes femmes au Conseil elle est la fondatrice de Jeddah United Sports Company. Elle est très engagée pour les femmes et considère le sport comme un moyen d’émancipation. En 2012 elle a escaladé l’Everest avec d’autres Saoudiennes lors d’une campagne de prévention contre le cancer du sein.

Source :