Arabie Saoudite Info

Le premier site officiel de fact checking sur l'Arabie Saoudite

Vrai

L’introduction en bourse d’Aramco sera l’opération boursière la plus importante du monde

Introduction

En janvier 2016, le Prince héritier, Mohammed bin Salman a dévoilé son projet d’introduction en bourse d’une partie d’Aramco, le plus grand producteur pétrolier mondial d’une valeur estimée à plusieurs milliers de milliards de dollars. Cette opération qui s’inscrit pleinement dans le plan Vision 2030 devrait être effectuée au second semestre 2018.

 

L’introduction en bourse : faits et chiffres

Aramco, officiellement Saudi Arabian Oil Company, est la compagnie nationale saoudienne d’hydrocarbures. Basée à Dhahran, elle effectue des opérations à travers tout le Royaume et a créé des filiales dans le monde entier au sein desquelles travaillent plus de 65 000 personnes. Sa production quotidienne moyenne de pétrole est de 10,5 millions de barils par jour et elle assure la gestion des réserves de gaz naturel de 8,5 trillions de mètres cubes.

Aujourd’hui, elle est considérée comme la plus grande compagnie pétrolière mondiale, largement devant le géant américain ExxonMobil ou le russe Rosneft.

En janvier 2016, le Prince héritier Mohammed bin Salman a annoncé que son plan de diversification de l’économie saoudienne prévoyait notamment l’introduction en bourse d’Aramco à hauteur de 5%, soit une valeur estimée à 100 milliards de dollars. La vente, prévue pour le second semestre 2018, permettra au Royaume de se doter du plus grand fonds souverain du monde. Il pèsera plus de 2000 milliards de dollars. Il inclura ainsi les quelque 600 milliards de dollars d’actifs dont dispose actuellement le Royaume, les dividendes de la vente partielle d’Aramco et celles des compagnies immobilières et industrielles de l’Etat.

 

Une opération qui attire l’attention de nombreux acteurs internationaux

L’offre publique initiale proposée (IPO), considérée comme la plus grosse introduction en bourse du monde. Dès l’annonce de son ouverture à des capitaux privés, l’introduction en bourse d’Aramco a suscité l’intérêt de nombreux acteurs internationaux. J.P. Morgan (banquier d’Aramco de longue date) et Michael Klein (anciennement Citigroup) ont ainsi conseillé le Groupe sur sa restructuration financière. Par ailleurs, la banque d’investissement Moelis a récemment été sélectionnée comme conseiller indépendant pour l’introduction en bourse, et J.P. Morgan, Morgan Stanley et HSBC ont été nommés souscripteurs de cette opération.

Le Groupe Total a pour sa part déjà manifesté son intérêt et son PDG, Patrick Pouyanné de déclarer « je suis sûr que ce serait un bon investissement, comme toujours dans une IPO, car Saudi Aramco a un vrai ‘business case’ à présenter« .

Récemment, le président Donald Trump a fait savoir publiquement, via Twitter, qu’il souhaitait que le Royaume d’Arabie saoudite choisisse la Bourse de New York pour l’introduction en bourse d’Aramco.

En ouvrant ainsi à des capitaux étrangers l’une de ses entreprises les plus emblématiques, l’Arabie saoudite renforce son positionnement à l’international. En janvier 2017 déjà, afin de mieux valoriser Aramco avant son ouverture en Bourse et d’attirer les investisseurs,le gouvernement avait baissé de 85% à 50% l’impôt sur les bénéfices de la compagnie.

 

New York Stock Exchange – Source : Pixabay

Une initiative qui s’inscrit pleinement dans le plan Vision 2030

Les revenus provenant de la vente seront ensuite réinvestis dans un certain nombre d’industries afin d’équilibrer le portefeuille économique du Royaume. Le Prince héritier Mohammed bin Salman a rappelé que l’introduction en bourse d’Aramco avait pour principal objectif “de diversifier l’économie” et que par conséquent “le transfert des parts d’Aramco au Fonds souverain fera de l’investissement, et non plus du pétrole” la source première des recettes de l’Arabie saoudite.

 

Le fonds public d’investissement du royaume d’Arabie Saoudite (Public Investment Fund ou PIF) a été créé en 1971 pour soutenir des projets d’importance stratégique pour l’économie du Royaume. Avec Saudi Aramco, il est voué à devenir le Fonds souverain le plus actif du monde. Le transfert au fil du temps de certains actifs de la Banque centrale saoudienne (Sama) au PIF la changera en une institution bancaire plus traditionnelle, qui surveillera et fixera les prix des règlements des prêteurs et aura moins d’influence sur les investissements. Le Fonds souverain contribuera au développement de secteurs économiques stratégiques entièrement nouveau comme le tourisme, la production à haute valeur ajoutée, la logistique, les énergies renouvelables et les petites et moyennes entreprises, etc. Cette opération s’inscrit donc parfaitement dans le plan Vision 2030 qui souhaite sortir le pays de sa dépendance au pétrole qui représente aujourd’hui environ 70% de  son économie.
 

Future Investment Initiative 2017

Sources :