Arabie Saoudite Info

Le premier site officiel de fact checking sur l'Arabie Saoudite

Vrai

Yémen : face à l’engagement humanitaire de l’Arabie saoudite, les entraves constantes de la rébellion Houthi

Introduction

Depuis 2014, le Yémen est déstabilisé par un conflit armé qui oppose les rebelles Houthis, soutenus par l’Iran, et le gouvernement légitime du Président Abdrabbo Mansour Hadi, élu démocratiquement en 2012 et reconnu par la communauté internationale. L’avancée militaire des Houthis a plongé le pays dans une situation politique et humanitaire désastreuse.

L’Arabie saoudite est l’un des premier pays donateurs en faveur du Yémen dans le domaine humanitaire, mais comme tous les acteurs engagés sur le terrain (représentants des Nations Unies ou ONG internationales), elle doit faire face aux agressions systématiques des milices Houthis, qui n’hésitent pas à bloquer ou détourner l’aide humanitaire destinée aux populations civiles yéménites.  

Au Yémen, l’aide humanitaire est systématiquement ciblée, restreinte et détournée par les milices Houthis 

L'engaggement humanitaire de l'Arabie saoudite au Yémen : Convoi d'aide humanitaire du KSRelief à destination du Yémen
Un convoi d’aide humanitaire du KSRelief au départ de Riyad, en Arabie saoudite, destiné aux populations civiles du Yémen – Source : Al Arabiya

Depuis le début du conflit qu’elles ont provoqué au Yémen, les milices houthis ont délibérément cherché à restreindre l’accès des Nations Unies aux différentes zones dont elles ont pris le contrôle illégalement, par la force armée.

En février 2017, les milices houthis ont empêché le responsable de l’ONU en charge de l’aide humanitaire au Yémen, Stephen O’Brien, d’accéder aux zones assiégées dans la région de Taïz. Puis, en mars 2017, les milices houthis ont refusé d’autoriser une équipe de de l’ONU d’entrer dans la capitale yéménite de Sanaa.

En mai 2017, des militants houthis ont également attaqué le convoi de l’envoyé spécial des Nations Unies pour le Yémen, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, juste après son arrivée à l’aéroport de Sanaa. Il se rendait au Yémen pour relancer les pourparlers en faveur d’un règlement pacifique du conflit.

Les milices houthis ont également saisi un grand nombre de cargaisons de navires, contenant de l’aide humanitaire. Au cours des six mois précédant novembre 2016, 34 navires ont ainsi été saisis par ces forces rebelles, empêchant la distribution de l’aide humanitaire dont la population yéménite avait grandement besoin.

Une soixantaine de navires et des centaines de convois humanitaires interceptés par les milices Houthis depuis 2015

Milices Houthis contrôlent et bloquent le port d'Hodeida au Yémen
Le port d’Hodeida au Yémen est contrôlé par les milices Houthis, qui bloquent ou détournent l’aide humanitaire qui transite par ce point stratégique – Source : Al Arabiya

Au total, depuis début 2015, les milices houthis ont intercepté 63 navires et 223 convois transportant de l’aide humanitaire, dans les zones sous leur contrôle. En avril 2017, les milices houthis et des partisans de l’ancien président Saleh ont arrêté et retenu des dizaines de camions remplis de denrées alimentaires à Dhamar, ainsi que des marchandises arrivant du port d’Aden, afin de leur imposer des frais de douane.

Lors d’un autre grave incident, les milices houthis ont arrêté 5 membres du personnel du Corps médical international et deux chauffeurs sous contrat, en les accusant « d’espionnage pour un service de renseignement étranger ».

Entre 2015 et la fin de l’année 2017, 16 attaques de milices houthis ont été enregistrées contre des organisations humanitaires ou affiliées – ces différentes attaques impliquant des meurtres, des enlèvements, des emprisonnements et des fermetures forcées de bureaux, ainsi que des extorsions et des pillages.

Sur cette période, les milices houthis ont également fermé des ports et des bureaux d’organisations internationales travaillant au Yémen, saisi ou capturé plusieurs centaines de convois et de cargaisons humanitaires à travers tout le pays.

Face à de tels agissements, qui menacent et entravent quotidiennement l’action des organisations humanitaires, l’envoyé des Nations Unies au Yémen a déclaré que la Coalition mené par l’Arabie saoudite pour soutenir le gouvernement yéménite légitime avait des raisons de s’inquiéter des flux d’armes vers le Yémen, principalement via le port d’Hodeidah.

Ismaïl Ould Cheikh Ahmed a ainsi déclaré, lors d’un échange au Middle East Institute à Washington, que l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis (qui sont les principaux membres de la Coalition) ont des préoccupations légitimes concernant « l’importation continue d’armes via Hodeidah et la taxation illégale des importations commerciales par les milices houthis ».

 

Sources :